(La version en français suit…)

Media Release

April 15, 2014 – The 10th annual Report Card on Ending Homelessness in Ottawa was released by the Alliance to End Homelessness (ATEH) Ottawa on April 15, 2014. For the third year in a row, grades range from “A” to “F” — measuring yearly change in four areas affecting homelessness in Ottawa during 2013.

  • An “A” was given for the reduction in the total number of homeless individuals and family members who stayed in an emergency shelter.
  • An “F” was awarded for the average amount of time spent in an emergency shelter before housing is found.
  • A “D” was given for an increase in new affordable units, with special mention given to the City of Ottawa for rescuing 344 housing allowances that would have been lost as provincial funding ended.
  • Another “F” was given regarding the affordability of housing.

“Though progress in some areas over the past decade has been slow, at the same time there is reason to hope,” said Mike Bulthuis, Executive Director of the Alliance (See “Backgrounder” below).

The Report Card profiles a number of community success stories, demonstrating that our community does indeed have the knowledge on how to prevent and end homelessness. “Our community is rich with knowledge on how to prevent and end homelessness. Efforts have been bolstered since 2011 by the City’s annual $14M Housing and Homelessness Investment Plan.

“We’re also encouraged by the City of Ottawa’s adoption of a 10-year plan, A Home for Everyone, to end long-term homelessness within 10 years. But if the plan is to work, we all – politicians, community members, and the private sector – need to step up. ”

Tim Simboli, Chair of ATEH, added: “Now is the time to sustain and enhance our investments, reducing long-term costs to the public purse, and restoring dignity for all of our neighbours. To achieve the results we want, we need to do more in the short-term, to get ahead for the long-term.”

The Alliance to End Homelessness is an Ottawa-based non-profit, non-partisan organization with over 40 member organizations which work together to generate ideas and solutions that address homelessness.

For further information contact:

Mike Bulthuis, Executive Director

Mobile: 613-222-9831

@ATEH_Ott

#endhomelessness

Backgrounder

Here’s what this year’s Report Card grades based on:

Persons Using Emergency Shelters: A

  • The total of 6705 individuals who stayed in a shelter at any point during 2013 reflected an overall decline of 7.6% over 2012, with a particularly encouraging decrease among families (17.9% less) and single women (9.7% less)

Average Length of Shelter Stay: F

  • Longer shelter stays reflect an extreme shortage of affordable housing opportunities in the community, particularly for larger families needing larger units and for single individuals needing housing with supports. The average length of stay increased on average by 4 days, to 73, but the stays for families increased by an alarming 88 to 98 days on average.

New Affordable Housing: D

  • Only 185 new affordable housing options (a combination of new units, rent supplements and housing allowances) were created in 2013, following two previous years which saw over 700 created, and well short of our target of 1000. Special mention is due to the City of Ottawa, for allocating $1 million to save 344 provincially funded housing allowances that would have ended.

Affordability: F

  • The poorest in our community fall well short of having enough income to access housing that is affordable. Modest increases in social assistance, and discussion of a rise in the minimum wage, offer hope – but the rates of increase are disappointing.

10 Year Averages 2004-2014

As the 10th annual Report Card, this edition also presents a 10-year retrospective, highlighting trends for each of the four targets noted above. Key findings include:

Persons Using Emergency Shelters: After ten years, the proportion of Ottawa’s population accessing the emergency shelter system is virtually unchanged, with 0.73% of Ottawa’s population accessing a shelter bed in 2004, compared to 0.71% in 2013 (after peaking at 0.78% in 2012). The past year, however, has been promising, particularly for single women and families. In total, the number of individuals using shelters in 2013 was down 7.6% from the 10-year high in 2012.

Average Length of Shelter Stay: Across all client groups, the average length of time individuals stay in emergency shelters has increased over ten years – nearly doubling for families and single youth, and increasing by 40% for single women. While the proportion of the population accessing shelter beds may not have changed substantively since 2004, the total bed nights used has increased 53% (from 320,285 in 2004, to 489,289 in 2013). This number declined from 2012 to 2013 for the first time since 2005. These trends point to a crisis – a shortage of affordable housing options for persons to access in order to rapidly exit the costly shelter system.

New Affordable Housing: Over the past ten years, through federal, provincial and municipal funding, we’ve seen new units of affordable housing through some construction and the creation of rent supplements, while the active number of households on the social housing waiting list has remained virtually unchanged. In addition to new units, efforts to make housing affordable have been bolstered since 2011. Through the City of Ottawa’s $14M annual Housing and Homelessness Investment Plan alone, new rent supplements and housing allowances have made housing affordable for 1001 additional households.

Affordability: One factor that leaves many households at imminent risk of homelessness is low-income, particularly among those receiving social assistance or earning minimum wage (even working full-time). Over the past decade, people receiving income Ontario Works or Ontario Disability Support Program have seen rents rise faster than income – leaving rents in the private market consistently well beyond the national affordability standard of 30% of income.

-30-

Communiqué de presse

L’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance dévoile le Bulletin 2013 pour mettre un terme à l’itinérance et le bilan des progrès réalisés depuis 10 ans à Ottawa

Le 15 avril 2014 : l’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance (AMTI) Ottawa dévoilait le10e Bulletin annuel pour mettre un terme à l’itinérance à Ottawa. Pour la troisième année consécutive, les notes s’échelonnent de « A » à « F » — mesurant les changements survenus dans quatre secteurs touchant l’itinérance à Ottawa, au cours de l’année 2013.

  • Un « A » a été accordé pour la diminution du nombre total de personnes et de familles ayant séjourné dans un refuge d’urgence.
  • Un « F » a été accordé pour la durée moyenne des séjours dans un refuge d’urgence avant qu’un logement ne soit trouvé.
  • Un « D » a été donné pour l’augmentation du nombre d’unités de logement abordable, avec une mention spéciale à la ville d’Ottawa pour avoir sauvé 344 indemnités de logement qui aurait été perdues avec la fin du financement provincial.
  • Un autre « F » a été donné en matière d’abordabilité du logement.

« Bien que les progrès réalisés dans certains secteurs au cours de la décennie aient été lents, il y a des raisons d’espérer, » selon Mike Bulthuis, directeur général de l’Alliance. (Voir « Document d’information » ci-dessous).

Le Bulletin trace l’esquisse d’un certain nombre de réussites communautaires qui démontrent que notre collectivité possède effectivement les connaissances nécessaires pour prévenir et mettre un terme à l’itinérance. « Notre collectivité est riche de connaissances pour prévenir et mettre un terme à l’itinérance. Les efforts sont soutenus, depuis 2011, par l’investissement annuel de 14 millions de dollars du Plan d’investissement pour le secteur du logement social et de l’itinérance, de la ville.

« Nous sommes également encouragés par l’adoption par la ville d’Ottawa d’un plan décennal, Un chez-soi pour tous, visant à mettre un terme à l’itinérance à long-terme d’ici 10 ans. Mais pour que ce plan fonctionne, nous devons tous – politiciens, membres de la collectivité et secteur privé – intensifier nos efforts. »

Tim Simboli, président de l’AMTI, ajoute : « Il est temps de soutenir et d’augmenter nos investissements, réduisant les coûts à long-terme pour le portefeuille des contribuables, et redonnant leur dignité à tous nos voisins. Pour obtenir les résultats que nous voulons, nous devons faire plus à court terme pour prendre de l’avance sur le long-terme. »

L’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance est un organisme d’Ottawa, sans but lucratif et non partisan qui compte plus de 40 organismes membres travaillant de concert pour concevoir idées et solutions au problème de l’itinérance.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

Mike Bulthuis, directeur général

Cellulaire : 613-222-9831
@ATEH_ott

Document d’information

Voici sur quoi reposent les notes accordées cette année par le Bulletin :

Personnes utilisant les refuges d’urgence : A

• Le nombre total de 6705 individus ayant séjourné dans un refuge à un moment ou à un autre en 2013, représente une diminution de 7,6 % comparativement à 2012, avec une diminution particulièrement encourageante chez les familles (17,9 % de moins) et les femmes seules (9,7 % de moins).

Durée moyenne des séjours dans les refuges : F

• Des séjours plus longs sont le reflet de l’extrême pénurie d’options de logement abordable dans la collectivité, particulièrement pour les familles plus nombreuses qui ont besoin de logements plus grands et pour les individus seuls qui ont besoin de logements avec services de soutien. La durée moyenne des séjours a augmenté en moyenne de 4 jours, pour passer à 73, mais pour les familles, les séjours sont passés de façon alarmante de 88 à 98 jours en moyenne.

Nouvelles unités de logement abordable : D

• Seulement 185 nouvelles options de logement abordable (une combinaison de nouvelles unités, de suppléments au loyer et d’indemnités de logement) ont été créés en 2013, alors que les deux années précédentes avaient vu la création de plus de 700 options, nous sommes donc bien loin de notre cible de 1000. La ville d’Ottawa fait l’objet d’une mention spéciale pour avoir alloué 1 million de dollars afin de sauver 344 indemnités de logement financées par le provincial qui allaient prendre fin.

Abordabilité : F

• Les plus démunis de notre collectivité sont loin d’avoir des revenus suffisants pour avoir accès à un logement qui soit abordable. De modestes augmentations des prestations d’aide sociale, et une discussion de l’augmentation du salaire minimum, offrent de l’espoir – mais le taux des augmentations est désappointant.

Les moyennes sur 10 ans 2004-2014

Étant le 10e Bulletin annuel, cette édition fait également une rétrospective des 10 dernières années, soulignant les tendances pour chacun des quatre secteurs qui ont reçu une note (voir ci-dessus). Parmi les principales constatations, on note :

Personnes utilisant les refuges d’urgence : Après dix ans, la proportion de la population d’Ottawa qui a recours au système des refuges d’urgence est pratiquement inchangée, avec 0,73 % de la population d’Ottawa ayant occupé un lit dans un refuge en 2004, comparativement à 0,71 % en 2013 (après avoir atteint un sommet à 0,78 % en 2012). La dernière année a toutefois été prometteuse, particulièrement dans le cas des femmes seules et des familles. Au total, le nombre d’individus ayant eu recours aux refuges en 2013 a connu une diminution de 7,6 % comparativement au taux le plus haut des derniers 10 ans, atteint en 2012.

Durée moyenne du séjour dans les refuges : En tenant compte de tous les groupes de clients, la durée moyenne du séjour des individus dans les refuges d’urgence a augmenté en dix ans – doublant presque pour les familles et les jeunes seuls, et augmentant de 40 % pour les femmes seules. Bien que la proportion de la population ayant occupé un lit dans un refuge n’ait peut-être pas changé considérablement depuis 2004, le nombre total d’utilisation des lits dans les refuges a augmenté de 53 % (passant de 320 285 en 2004, à 489 289 en 2013). Ce nombre avait connu une diminution de 2012 à 2013, pour la première fois depuis 2005. Ces tendances pointent vers une crise – une pénurie d’options de logement abordable afin que les gens puissent quitter rapidement le coûteux système des refuges.

Nouvelles unités de logement abordable : Au cours des derniers dix ans, grâce au financement fédéral, provincial et municipal, de nouvelles unités de logement abordable ont été créées, soit par de nouvelles constructions ou par la création de suppléments au loyer, alors que le nombre de ménages inscrits sur la liste d’attente pour un logement social est demeuré pratiquement inchangé. En plus de l’ajout de nouvelles unités, les efforts pour rendre le logement abordable ont été renforcés depuis 2011. Grâce au Plan d’investissement, de 14 millions de dollars, pour le secteur du logement social et de l’itinérance de la ville d’Ottawa, de nouveaux suppléments au loyer et indemnités de logement ont été créés, rendant le logement abordable pour 1001 ménages de plus.

Abordabilité : Un facteur qui laisse de nombreux ménages à risque de connaître l’itinérance est le faible revenu, particulièrement parmi ceux qui reçoivent de l’aide sociale ou qui travaillent au salaire minimum (même à temps plein). Au cours de la dernière décennie, les personnes qui reçoivent des prestations d’Ontario au travail ou du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées ont vu les loyers augmenter plus rapidement que les revenus – ce qui laisse les loyers du secteur privé bien au-delà de la norme nationale d’abordabilité qui est de 30 % du revenu.

-30-